faire bonne chère ou chair?

 

On a tendance à écrire "faire bonne chair", par association d'idées, pensant que l'on va faire un bon repas de viande!

En réalité, il s'agit de "chère", qui vient du latin "cara", la tête, ou plus exactement, le visage. Faire bonne chère, c'est faire bonne figure. 

Au XIIe siècle on disait "chière". À cette époque, les mimiques et gesticulations, l'expression corporelle accompagnaient les mots bien plus qu'aujourd'hui dans la communication entre les gens qui souvent parlaient des patois différents dans le royaume. "Faire bonne chière" signifia très vite "faire bon accueil" à quelqu'un.

Au XIVe siècle, la guerre de cent ans, la peste, ravagent nos campagnes. La famine gagne. On ne mange plus à sa faim. Alors quand se présentait l'occasion de faire un vrai festin, les visages s'éclairaient, le sourire revenait. On faisait "bonne chère". 
Mais la confusion s'installa : on associa "la chair" à "la bonne chère", parce que c'est en mangeant à sa faim que l'on retrouve un visage accueillant.

Pour autant, on écrit toujours aujourd'hui "faire bonne chère". Vous savez désormais pourquoi.

Ajouter un commentaire