Origine de la grasse matinée

Origine de l'expression : faire la grasse matinée

On connait tous cette expression qui sent bon le dimanche, les vacances. Enfin un temps pour soi, un repos qui s'éternise dans les draps. 
Mais d'où vient-elle?

Furetière (lexicographe français, autrement dit auteur d'un dictionnaire au XVIIe siècle) explique : "on dit qu'une femme dort la grasse matinée pour dire qu'elle se lève tard et qu'elle se tient au lit pour devenir grasse, pour faire du lard..."
On notera aujourd'hui le caractère sexiste de la définition de l'époque mais passons là-dessus.

Mais on sait que gras, grasse, vient du latin "crassus", qui veut dire "épais". Le mot a longtemps gardé son sens et sa forme d'origine, "cras", "crasse", conservé dans l'expression "il est d'une ignorance crasse", donc une ignorance épaisse (ni grasse, ni sale, juste "épaisse").

On notera d'autre part que "LA crasse", est largement assimilée aujourd'hui à une saleté repoussante, liée à la graisse: ce qui est "gras" est "crasseux", comme une cuisine crasseuse, des cheveux crasseux, c'est à dire huileux, gras. La notion d'épaisseur est devenue sous-jacente et non principale.

À l'origine jusqu'au moyen-âge, on pensait davantage à l'épaisseur du sommeil, lors d'une matinée longue. L'idée de s'engraisser en dormant est venue après, pour s'y substituer, à la Renaissance. Furetière tient donc compte de cette nouvelle idée dans la définition de la grasse matinée. 

Dormez bien!

Ajouter un commentaire