Faire un bide

D'où vient l'expression?

Aujourd'hui "faire un bide" concerne tout le monde et signifie l'échec complet d'une tentative d'expliquer, de plaire, de séduire, d'amuser. 

À l'origine, seul un comédien pouvait "prendre un bide", "ramasser un bide" ou "se taper un bide", lorsqu'il n'obtenait pas du public l'effet désiré. Il avait raté ses effets. 

Pour éviter cela, le comédien soignait sa sortie par des "effets de manche", des gestes spectaculaires, des propos grandiloquents, ce qui déclenchait dans le meilleur des cas un tonnerre d'applaudissements. Il avait réussi sa sortie.

S'il "ratait sa sortie", (expression elle aussi passée dans le langage universel), il pouvait même en devenir pathétique, trébucher, se prendre les pieds dans le tapis et s'étaler de tout son long, au sens propre comme au figuré, déclenchant les rires ô combien cruels des spectateurs. Il "sortait sur le ventre", c'est à dire le bide, diminutif populaire de "bidon". Même si le ridicule ne tue pas, "faire un bide" est très douloureux, surtout si l'on est susceptible.

J'espère que je ne vais pas faire un bide avec mon explication!

Ajouter un commentaire