JEANNE d'Arc

Jeanne d'Arc, héroïne française, 1412-1431

Jeanne d arc

 

NDLR Jeanne est une jeune bergère, née vers 1412 à Domrémy, en Lorraine, qui dépendait à l'époque partiellement, du royaume de France pour l'aspect temporel, et pour l'aspect spirituel, de l'évêque de Toul, situé en dehors. Elle aurait entendu des voix divines (elle invoquera saint Michel, sainte Marguerite d'Antioche et sainte Catherine) lui enjoignant de délivrer la France des Anglais qui l'occupaient en grande partie, notamment après leur victoire à Azincourt en 1415 et en raison de la folie du roi Charles VI qui avait légué son royaume au roi d'Angleterre au détriment de son fils Charles,  légitimant leurs droits sur la couronne de France. Jeanne parvient à rencontrer le Dauphin à Bourges, le reconnaître dans une foule de seigneurs alors qu'on cherche à la tromper sur son identité, reçoit le commandement de l'armée, la conduit à la victoire en faisant lever le siège d'Orléans à dix sept ans à peine, et surtout escorte le Dauphin à Reims où il est sacré roi à l'instar de ses ancêtres. Elle échoue devant Paris. Les Bourguignons, alliés des Anglais, la font prisonnière et la leur vendent pour dix mille livres. Elle est alors transférée à Rouen, capitale normande sous domination anglaise. Lors de son procès pour hérésie mené par l'évêque Cauchon, elle réfute toutes les accusations de sorcellerie et a la présence d'esprit et le courage inouï de nier par avance tous les aveux qu'elle pourrait prononcer sous la torture. Elle est condamnée à être brûlée vive en 1431. En 1453 s'achève la guerre de cent ans, par la victoire française de Castillon (la même année que la prise de Constantinople par les Turcs qui met fin à l'empire byzantin). Le roi de France y gagne son surnom de "Charles le Victorieux" et dès 1455 le Pape Calixte III fait instruire un nouveau procès de Jeanne d'Arc, qui aboutit dès l'année suivante à sa réhabilitation : il n'est pas question que le souverain à fleur de lys doive sa victoire à une sorcière aux yeux de l'Église... Les deux procès de Jeanne nous livrent beaucoup d'indications sur elle, sa vie, et les mœurs du temps. Il faudra attendre 1909 pour que Jeanne soit béatifiée, et 1920 pour qu'elle soit sanctifiée... deux ans après une nouvelle victoire française contre un envahisseur tout aussi coriace que ne le furent les Anglais au moyen-âge, venu cette fois de l'autre rive du Rhin et qui finira par vaincre vingt ans plus tard  et occuper la France. Le mythe de la désormais sainte Jeanne d'Arc, investie de la divine mission de résister et d'unir le peuple français sera alors réactivé, pour galvaniser un pays déboussolé. Elle a inspiré nombre d'œuvres littéraires (comme la remarquable pièce de théâtre de Georges Bernard Shaw en 1924 qui lui vaudra le prix Nobel de Littérature) ou cinématographiques, et reste pour le monde entier une héroïne mythique.

 

"Dieu premier servi"

Devise de Jeanne

 

"De l'amour ou haine que Dieu a pour les Anglais, je n'en sais rien, mais je sais bien qu'ils seront tous boutés hors de France, excepté ceux qui y périront".

Procès de condamnation de Jeanne d'Arc, 7è interrogatoire secret (jeudi 15 mars 1431)

 

 

Ajouter un commentaire