Métier et missions de l'écrivain public

Cette page vous présente le métier et les missions de l'écrivain public. Si vous avez des questions sur l'activité ou sur le site Internet "BON MOT BON SENS", n’hésitez pas à nous contacter.

L'écrivain public est un spécialiste de l'écrit, en langue française. Dans la mesure où il aide ses clients à exprimer leurs pensées et leurs idées, il doit faire preuve d'écoute et de psychologie. Ses facultés d'analyse et de synthèse permettent une exacte traduction de leur volonté.

 

L’écrivain public peut :

 

  • Conseiller : il s’agit là du conseil rédactionnel, non du conseil juridique qui renvoie aux professions réglementées (Avocats, Notaires).
  • Concevoir : une présentation commerciale, un ouvrage, une manière de communiquer par écrit.
  • Rédiger : un résumé, un rapport, une synthèse, une histoire de façon fluide et conforme aux exigences de la langue française.
  • Contrôler, corriger : à partir d’un texte fourni, un projet, un brouillon, pour s’assurer que l’orthographe est irréprochable, la syntaxe, la grammaire, la concordance des temps sont respectées.

 

L’écrivain public doit :

 

  • S'assujettir au secret professionnel : celui des correspondances, des identités, de ce qui est dit par le client pour une bonne compréhension du contexte.
  • Refuser d’écrire des lettres d’insultes ou de chantage ou tout document ayant sciemment pour but de tromper ses destinataires, d’établir des faux.
  • Refuser de se prêter consciemment à un plagiat.
  • S’assurer autant qu’il est possible de l’authenticité des pièces qui lui sont fournies pour son travail, notamment de papiers à en-tête qui lui seraient présentés pour servir de support à une correspondance.

 

L’écrivain public ne peut pas :

 

  • Conclure de pacte de « quota litis » c’est-à-dire d’honoraires en pourcentage sur des sommes recouvrées ou sur le montant d’un contrat commercial.
  • Écrire ou réécrire totalement un travail d’étudiant, comme une thèse par exemple, rentrant dans le cadre de l’obtention du diplôme.
  • Se livrer à une concurrence déloyale vis-à-vis d’un confrère régulièrement déclaré, en détournant sciemment sa clientèle par exemple.

Ajouter un commentaire